Audre Lorde

Audre Lorde – The Berlin years 1984 to 1992

Un film de Dagmar Schultz

Allemagne, 2012, vidéo, couleur, 16/9, 79 min
version anglaise & allemande, sous-titres français

15.00

Description du produit

« Ce film est un cadeau pour l’histoire, à l’égard des élèves, des révolutionnaires, des femmes, en particulier des lesbiennes, des gens de couleur. C’est clairement un film réalisé avec amour. » Kitty Cone, militante, Berkeley, Californie 2012, marque le 20ème anniversaire de la mort d’Audre Lorde, poète, militante, noire et lesbienne renommée. Au cours des années 1970-1980, les écrits et les prises de parole incisifs de Audre Lorde ont influencés et inspirés les femmes de couleur, les féministes et les mouvements de revendication LGBT aux États-Unis.
Audre Lorde – The Berlin years 1984 to 1992 explore un chapitre peu connu de la vie prolifique de cette écrivaine, une période où elle a aidé le mouvement africain allemand à émerger et où elle a apporté sa contribution à la scène politique et culturelle avant et après la chute du mur de Berlin et la réunification allemande.
Audre Lorde a inspiré les femmes noires allemandes et les a encouragées à écrire et à publier pour affirmer leur identité, leurs droits et leur culture dans une société qui les isolait et les réduisait au silence, tout en incitant les femmes blanches allemandes à reconnaitre le privilège blanc. Comme Audre Lorde l’écrit dans son livre Our Dead Behind Us : Poems, « Ce ne sont pas nos différences qui nous divisent. C’est notre incapacité à reconnaître, accepter et célébrer ces différences. »
Audre Lorde – The Berlin years 1984 to 1992 comporte du matériel audiovisuel totalement inédit provenant des archives personnelles de la réalisatrice Dagmar Schultz, montrant Audre Lorde en public et en privé. Grâce aux témoignages de ses collègues, ses étudiants et ses amis, le film contribue à documenter le legs impérissable d’Audre Lorde pour l’Allemagne.
« La grande féministe Audre Lorde appelait de ses vœux une révolution irrésistible, et comme ce document très vivant en atteste, elle était elle-même une révolutionnaire irrésistible. »
Trista S. Kendall, éditrice et critique de cinéma, 36ème Festival LGBT Frameline