Agenda

Jeudi 24 mai à la cinémathèque de Toulouse Les LIP de Carole Roussopoulos & le militantisme féministe après 68

Jeudi 24 mai à la cinémathèque de Toulouse Les LIP de Carole Roussopoulos & le militantisme féministe après 68

Séance présentée par Nicole Fernández Ferrer, déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, et suivie d’une discussion
Jeudi 24 mai 2018, 21h00 

Jean Genet parle d’Angela Davis
Carole Roussopoulos
1970. Fr. 8 min. N&b. DCP.

Les Enfants du gouvernement
Claude Jourde
1974. Fr. 39 min. N&b. DCP.

Kate Millett parle de la prostitution avec des féministes
Catherine Lahourcade, Anne-Marie Faure-Fraisse, Syn Guérin
1975. Fr. 20 min. N&b. DCP.

SCUM Manifesto
Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig
1976. Fr. 28 min. N&b. DCP.

Le militantisme féministe. La déclaration de Jean Genet suite à l’arrestation d’Angela Davis, une militante du Black Panther Party, la grève des élèves dans un collège réservé aux mineures enceintes, la grève des prostituées et les débats qui s’ensuivent, et la comédienne Delphine Seyrig face à la caméra de Carole Roussopoulos pour une lecture mise en scène de SCUM Manifesto, le livre de Valérie Solanas. Quatre films qui témoignent d’une bouillonnante activité entre protestation, discussion et expérimentation.

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
4 & 5 mai 2018 : ateliers & débats pour la création d’un Centre d’Archives LGBTQI

4 & 5 mai 2018 : ateliers & débats pour la création d’un Centre d’Archives LGBTQI

ATELIERS – DÉBATS pour la création D’UN CENTRE D’ARCHIVES LGBTQI pour la création 4&5 MAI 2018

 

VENDREDI 4 MAI DE 19H30 À 21H30 SOIRÉE DE LANCEMENT

Mairie du 2e arrondissement 8 rue de la Banque – 75002 Paris

19H30-19H40 >> ACCUEIL

JACQUES BOUTAULT – Maire du 2e arrondissement de Paris

19H40-21H30 >> SÉANCE DE QUESTIONS-RÉPONSES « QUESTIONS POUR DES ARCHIVES! »

avec :– Omar DIDI – Coprésident – Le MAG Jeunes LGBT– Denis ERHART – Président des Oublié-e-s de la mémoire – Hoàng PHAN BIGOTTE -Président de l’association Académie Gay et Lesbienne (sous réserve) – Clémence ZAMORA CRUZ – Porte-parole de l’Inter-LGBT – Collectif Archives LGBTQI – Jean- François CONNAN – SOS homophobie

COCKTAIL

==============================

SAMEDI 5 MAI

DE 9H À 13H « QUELLES ARCHIVES VOULONS-NOUS ? »

Carreau du Temple        4 Rue Eugène Spuller – 75003 Paris

09H00-09H10 >> ACCUEIL

ANNE HIDALGO – Maire de Paris

BRUNO JULLIARD – Premier Adjoint

HÉLÈNE BIDARD – Adjointe à la Maire de Paris chargée de l’égalité femmehomme,

de la lutte contre les discriminations et des droits humains

VÉRONIQUE LEVIEUX – Adjointe à la Maire de Paris chargée du patrimoine

09H10-10H00 >> KEYNOTE

PAOLA BACCHETTA, Université de Berkeley – Center for Race and Gende« Re-présences : la force des archives queer racisées »

10H00-10H15 >> PAUSE

10H15 -11H35 >> PHILOSOPHIE DE L’ARCHIVE LGBTQI+

«Le sida, la conservation de ses mémoires et l’entrée des mémoires LGBTQI dans les archives»

– Mikaël ZENOUDA – ex-président d’Act Up-Paris – Jean-Michel COGNET – Patchwork des noms – Gwen FAUCHOIS – Pride de Nuit

«Historiciser l’urgence»

– Renaud CHANTRAINE – Mucem/EHESS

«Archive = vie ! Back to the future, retour sur l’évolution des modèles archivistiques LGBTQI+»

– Sam BOURCIER – Sociologue, Université de Lille

Échanges avec le public

Modération : Norah BENARROSH-ORSONI -Antropologue – EHESS

11H35 -12H55 >> ARCHIVE-ACTIONS ! PRODUCTION DES SAVOIRS, ÉTHIQUE ET PRATIQUES DE RECHERCHE

« Faire l’histoire des lesbiennes: ouvertures et résistances institutionnelles »

– Marie-Jo BONNET – Historienne

«Co-recherche éthique et archives drag king »

– Clark PIGNEDOLI – UQam, Montréal

«Violence de l’archive et pratiques de recherches »

– Quentin ZIMMERMANN – EHESS/ENS Lyon

« Nos défis collectifs à créer des écosystèmes de savoir féministes et queer »

– Isabelle SALEM DIEGO SENTIS – Bibliothécaire et militante, «Ligne d’écoute et recueil de témoignages» – Jean-François CONNAN – SOS homophobie

Échanges avec le public

Modération : Adel(e) CORNET – Chercheuse, éducatrice populaire, performeuse

13H00 -14H00 >> DÉJEUNER LIBRE

DE 14H À 17H30 – TABLES RONDES « FAIRE ARCHIVE ENSEMBLE »

14H00 -15H30 >> ARCHIVER LA VILLE,ARCHIVER LA NUIT

– Hervé LATAPIE – Le Tango – Christophe VIX-GRAS – Rosa Bonheur – Clémence ZAMORA CRUZ – Porte-parole de l’Inter-LGBT

– Le collectif de La Mutinerie

Échanges avec le public

Modération : Frédéric HOCQUARD – Adjoint à la Maire de Paris chargé de la vie nocturne et de l’économie culturelle

15H30 -15H45 >> PAUSE

15H45 -17H15 >> EXPOSER LES CULTURES LGBTQI+

– Zoé ADAM – Militante et doctorante – Thibault BOULVAIN – Historien de l’art – Roméo ISARTE – Festival Mémoires minoritaires à Lyon– Gerard KOSKOVICH – GLBT Historical Society, Archives & Museum – San Francisco

Échanges avec le public

Modération : Claire MEAD-Historienne d’art et commissaire d’expositions indépendante

DE 11H À 18H30 – ATELIERS

11H00 -18H30 >> ATELIER 1 «VOS VOIX SONT DES ARCHIVES//LA VILLE-LA NUIT»
animé par CLAIRE RICHARD – Co-fondatrice du Studio Mobile
Pour des archives vivantes, venez à deux témoigner dans le Studio Mobile de votre expérience et de vos souvenirs de la ville queer et nocturne! Un documentaire sonore choral et subjectif sera monté à partir des récits enregistrés. En partenariat avec Arte Radio.
Durée : 30 à 60 minutes par binôme      Inscriptions : norah.ben@gmail.com

11H00 -12H30 >> ATELIER 2 «MONTE TON EXPO !» PARTIE 1
animé par Claire MEAD – Historienne d’art et commissaire d’exposition indépendante
Montage d’expo à partir d’objets d’archives personnelles prêtés par les participant·e·s avec accrochage en fin de journée.
Partie 1, discussion et conception collective de l’exposition

14H00-15H30 >> ATELIER 3 «MONTE TON EXPO !» PARTIE 2
animé par Claire MEAD – Historienne d’art et commissaire d’exposition indépendante
Partie 2, accrochage de l’exposition
Pour ces deux ateliers, inscriptions avec objet envisagé à : mead.claire@gmail.com

16H00 -17H00 >> ATELIER 4 «ARCHIVER, CLASSER : FAIS TON ARCHIVE! »
animé par Michaël LEPAGE – Archiviste
Hoàng PHAN BIGOTTE – Président de l’association Académie Gay et Lesbienne (fondateur du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT) & Thomas LEDUC – Vice-président de l’Académie Gay et Lesbienne, documentaliste
A partir d’un carton d’archives non-classées du fonds de l’Académie Gay et Lesbiennes, les participant·e·s apprendront les notions de base du travail d’archivage et de documentation, et acquerront des outils pour explorer et organiser la matière archivistique.
15 participant·e·s maximum.

18H30- 21H00 – SOIRÉE DE CLÔTURE « LA FIÈVRE DES ARCHIVES »

18H30-19H30 >> PROJECTION «HAND ON THE PULSE» DOCUMENTAIRE DE JOYCE WARSHOW (52mn, VOst)
Un film sur Joan Nestle – Co-fondatrice des Lesbian HerStory Archives à New York +Court-métrage sur le travail de l’association Académie Gay et Lesbienne (8 mn)

19H30-21H00 >> TABLE RONDE – DÉBATS

– Hoàng PHAN BIGOTTE -Président de l’association Académie Gay et Lesbienne – Thomas LEDUC – Documentaliste, vice-président de l’Académie Gay et Lesbienne – Nicole FERNANDEZ FERRER – Centre audiovisuel Simone de Beauvoir – Chloé DESSALANS – Présidente de l’association Médusa – ARCL (Archives, Recherches, Cultures Lesbiennes) – Cineffable
Échanges avec le public
Modération : Association FièrEs

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
20, 21 & 22 avril 2108 en Corrèze « Ecoutez le cinéma chanter » avec Autour du 1er mai

20, 21 & 22 avril 2108 en Corrèze « Ecoutez le cinéma chanter » avec Autour du 1er mai

*Vendredi 20 avril, 20h30
St-Martin-la-Méanne, salle du cantou

What happened, Miss Simone ? de Liz Garbus
Documentaire, couleur et noir et blanc, États-Unis, 2015, 101 min

Film présenté et débattu par Nicole Fernandez Ferrer

Quelque temps après l’assassinat du Dr Martin Luther King, Nina Simone est en scène devant un auditoire africain-américain. Ses cheveux serrés dans un haut turban, portant de grandes boucles d’oreille elle interpelle le public : « Êtes-vous prêt à prendre les armes ? Êtes-vous prêt à tuer ? »
À cette époque, Nina Simone n’est plus uniquement la pianiste et chanteuse de jazz qui présente poliment « I Love you Porgy » dans l’émission Playboy’s Penthouse, elle est la militante des droits humains politiquement engagée, capable de provoquer à la fois dans sa vie publique et privée. Grâce à de nombreuses archives inédites et à des entretiens avec sa fille, la réalisatrice Liz Garbus entrecroise les différentes phases de la vie de Nina Simone en tentant de montrer la femme complexe, l’artiste adulée, la femme engagée, très médiatisée puis isolée.

 

*Samedi 21 avril, 15h00
Naves, chez Bernard Mullet, paysan

Discorama, signé Glaser de Esther Hoffenberg,
Documentaire, couleur et noir et blanc, France, 2007, 67 min

Film présenté et débattu par Nicole Fernandez Ferrer

Quand Denise Glaser lance son émission Discorama en 1959, les artistes, chanteurs, acteurs et musiciens invités à présenter leur disque sont très intimidés par les caméras. Denise Glaser est la première productrice animatrice à être traitée comme une star par la presse, qui célèbre ses découvertes : Barbara, Serge Gainsbourg, Maxime Le Fores er, Michel Polnare , Georges Moustaki, Johnny Hallyday, Catherine Lara, Dick Annegarn.
Discorama va apporter à la télévision, avec l’arrivée en 1964 de Raoul Sangla, un style inspiré de la nouvelle vague du cinéma. Raoul Sangla, suivi par Jacques Audoir, réalise de superbes enregistrements directs en studio, avec des gros plans très composés. Denise Glaser devient la reine de l’interview. Ses silences et sa finesse psychologique amènent les artistes à réfléchir sur leur propre travail et à se révéler dans un face- à-face intimiste. Engagée dans son époque, Denise Glaser a laissé avec ses invités un des plus beaux trésors artistiques des années soixante. Le film brosse, grâce aux témoignages, aux extraits d’archives et à des scènes d’évocation, les dessins liés de Discorama et de Denise Glaser, en tentant d’être à leur image, à la fois élitiste et populaire.

* Dimanche 22 avril, 15h00
Sérilhac, salle des fêtes

Mizike mama de Violaine de Villers
Documentaire, couleur, Belgique, 1992, 52 min

Film présenté et débattu par Nicole Fernandez Ferrer

L’Afrique est la terre de sa mère, l’Europe celle d’un père qu’elle n’a jamais connu. Ce métissage, Marie Daulne l’utilise dans ce qu’elle fait naturellement avec talent : le chant, avec son groupe Zap Mama.
Le film est une rencontre avec Marie Daulne, une jeune chanteuse dont le travail se base sur ses origines métisses. Le film dévoile les rapports entre les deux cultures, africaine et européenne, la force émotionnelle de leur mélange, la nécessité de création à partir de cette double origine. Ce bagage incomparable lui permet de découvrir d’autres idiomes comme les musiques des pygmées Ba-banzélé et Mangbetu du Zaïre. Mais elle est aussi à l’écoute de styles comme le jazz, le gospel, la musique cubaine. Elle harmonise ces sons et ces rythmes, les différentes voix s’enchaînent dans une réjouissante polyphonie et polyrythmie ; puis elle s’entoure de filles « qui lui ressemblent », qui, comme elles, sont éduquées en Europe et chantent merveilleusement. Elles sont belles les Zap Mama, drôles, touchantes, pleines d’enthousiasme et d’intelligence.

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
12 avril à 18h Vernissage de l’exposition Carole Roussopoulos, féministe vidéaste, cofondatrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder

12 avril à 18h Vernissage de l’exposition Carole Roussopoulos, féministe vidéaste, cofondatrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder

La Médiathèque Valais – Martigny en Suisse ouvre l’ exposition consacrée à la vidéaste Carole Roussopoulos, le jeudi 12 avril dès 18h.

Communiqué de la médiathèque :
Exposition Carole Roussopoulos. La vidéo pour changer le monde
Née en 1945, Carole Roussopoulos passe son enfance à Sion et s’installe à Paris en 1967. Deux ans plus tard, elle achète l’un des premiers modèles de caméra vidéo portable présent sur le marché. Dès lors, elle ne cesse de donner la parole aux « sans-voix », une image aux opprimés, une présence forte aux exclus. La réalisatrice dépose ses archives vidéo et la documentation qui les accompagne à la Médiathèque Valais – Martigny en 2007, deux ans avant son décès.

En 2018, une exposition rend compte d’une période, les années 1970, caractérisée par l’éclosion des mouvements sociaux. Elle raconte l’évolution de la technique vidéo, un médium qui va révolutionner la manière de traiter l’actualité et dont Carole Roussopoulos est l’une des pionnières. Elle montre le parcours, les colères, les choix et les influences d’une vidéaste à la trajectoire exceptionnelle, emblématique d’une époque.

http://www.mediatheque.ch/valais/vernissage-exposition-carole-roussopoulos-video-5297.html

 

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
10 avril 2018 : avant-première du film « Maternité secrète » de Sophie Bredier

10 avril 2018 : avant-première du film « Maternité secrète » de Sophie Bredier

Projection en avant-première de Maternité secrète un documentaire de Sophie Bredier
Mardi 10 avril à 21h au Forum des images à Paris, dans le cadre de 100% DOC
La projection sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice

Maternité secrète
Scénario et réalisation : Sophie Bredier
France, 2017, 82 min
Coproduction : Cécile Lestrade / Alter Ego, Bip TV
Musique : Hélène Breschand
Image : Matthieu Chatellier
Son : Nicolas Joly
Montage : Catherine Rascon, Michaël Phelippeau

Depuis Nos traces silencieuses, son premier documentaire co-réalisé avec Myriam Aziza en 1998, et dans la plupart de ses films ultérieurs (Séparées, Corps étranger, La Tête de mes parents, Elie et nous) Sophie Bredier questionne l’abandon, le sentiment d’étrangeté, le corps marqué, la transmission. Persuadée que « tenir sa position permet à l’autre d’avancer, de dégager sa pensée », elle engage dans la plupart de ses films une relation intime, sondant la parole de l’autre en quête d’une vérité toujours “à découvrir”. Maternité secrète est son dernier film.

A travers l’histoire du château de Bénouville (Normandie) où des générations de « filles-mères » accouchèrent en secret, Maternité secrète dévoile un chapitre tabou des violences faites aux femmes et aux « bâtards ». Un documentaire singulier se dessine sous nos yeux grâce aux protagonistes qui reviennent sur les lieux où s’est déroulée une partie de leur histoire.

Maternité secrète (Secret Nest) a été sélectionné en Première Mondiale et en compétition internationale au festival DOK Leipzig ; en Première française et compétition nationale au FIPA, à Biarritz. Il sera montré au DOXA Documentary Film Festival, à Vancouver, en mai prochain.

 

Sophie Bredier

Née à Inchon en Corée du Sud et adoptée à quatre ans par un couple de Français, Sophie Bredier grandit en région parisienne. Après des études de lettres classiques à la Sorbonne et quelques expériences de critique et de militance (elle fait partie des fondatrices du groupe féministe « Marie Pas Claire »), elle se tourne vers le cinéma documentaire suite à la rencontre décisive avec Myriam Aziza. Impressionnée lors de ses études par l’œuvre de Michel Leiris auquel elle a consacré un mémoire, elle se lance dans la mise en scène d’elle-même avec trois films de nature autobiographique — Nos traces silencieuses (1998) et Séparées (2000), en collaboration avec Myriam Aziza ; puis, seule, Corps étranger (2004). Ces films évoquent ses interrogations identitaires autour du mystère de ses origines et de sa perception ambiguë de son statut d’ “étrangère”.

Délaissant progressivement la forme autobiographique pour se tourner vers les autres, elle développe son travail autour de quelques grands thèmes récurrents comme la perte (Elie et nous), la filiation (Orphelins de la patrie), l’abandon (La tête de mes parents) ou le statut des femmes (Femmes asiatiques, femmes fantasmes). Souvent, ses films déploient un motif déjà abordé ou bien développent l’histoire particulière d’un protagoniste déjà présent dans un film précédent. C’est ainsi qu’Elie Buzyn, ancien déporté d’Auschwitz qui témoigne dans Nos traces silencieuses devient central dans Elie et nous et que le Professeur Mimoun qui apparaît dans ces deux films se retrouve au cœur de Mon beau miroir.

Ses films ont été diffusés tant à la télévision (ARTE, France 2, France 3) que dans le réseau des festivals (Le Cinéma du Réel, Forum de Berlin, Festival de Pusan, San Francisco, le FID, Mellionnec etc…).

 

 

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
5, 6 et 7 avril 2018. Féminisme, énigmes, cinéphilie : trois journées avec Laura Mulvey.

5, 6 et 7 avril 2018. Féminisme, énigmes, cinéphilie : trois journées avec Laura Mulvey.

Féminisme, énigmes, cinéphilie : trois journées avec Laura Mulvey. 5, 6 et 7 avril 2018

LIVRE
JEUDI 5 AVRIL – LIBRAIRIE DU CINEMA DU PANTHEON
19h – Présentation et signature de Au-delà du plaisir visuel. Féminisme, énigmes, cinéphilie (Mimésis, 2017).
Librairie du Cinéma du Panthéon 15 rue Victor Cousin 75005 Paris

DISCUSSIONS
VENDREDI 6 AVRIL –GRAND AMPHITHEATRE DU MONDE ANGLOPHONE
Le travail de Laura Mulvey a laissé une empreinte profonde sur la théorie cinématographique depuis quarante ans. À l’occasion de la parution en France de son premier recueil de textes traduits, cette journée d’hommage entend réunir autour de la théoricienne et cinéaste britannique des chercheurs issus de différents horizons et générations. Revenir sur son parcours singulier, c’est évoquer l’histoire de la deuxième vague du féminisme, revisiter des genres et des auteurs incontournables ou discuter des transformations induites par le développement des technologies numériques.

PROGRAMME
9h15 Présentation de la journée.
9h30 ÉNIGMES Modération  : Clara Schulmann (EBAX, Bordeaux). Nora Barbier (artiste), « Y a plus d’distance » : autour de No Home Movie de Chantal Akerman. Cyril Neyrat (critique de cinéma et chercheur), Mystère, énigme et ambiguïté : Pandora comme paradigme ? (Sur quelques personnages féminins dans l’oeuvre de JLG).
10h45 Pause café.
11h15 FÉMINISME Modération: Chloé Maillet (ESBA, Angers), Emilie Notéris (auteure et traductrice), Une femme qui s’affiche (en 4 par 3), actualités du female gaze. À propos de Three Billboards Outside Ebbing, Missouri de Martin McDonaugh. Elisabeth Lebovici (historienne et critique d’art), Bons moutons et vilaines chèvres. Les savoirs situés et l’histoire des arts, regards croisés.
12h30 Pause déjeuner.
14h00 CINÉPHILIE Modération : Christa Blümlinger (Université Paris 8) Victor Burgin (artiste et théoricien), Cinephilia 2x: the End of the Frame. Tiago Baptista (historien du cinéma), Lessons in Looking: the Early Years of the Digital Audiovisual Essay.
15h30 Rencontre avec Laura Mulvey. Modération : Nicole Fernandez Ferrer (Centre audiovisuel Simone de Beauvoir).
Laura Mulvey, Au-delà du plaisir visuel.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.
Grand Amphithéâtre – Institut du Monde Anglophone 5 rue de l’École-de-Médecine 75006 Paris

FILMS & CHORUS
SAMEDI 7 AVRIL – GRAND ACTION
16h30 Tout ce que le ciel permet, Douglas Sirk, 1955, 89 min (vostfr). Film présenté et commenté par Laura Mulvey.
19h Riddles of the Sphinx, Laura Mulvey & Peter Wollen, 1977, 92 min (vostfr / diffusion Centre audiovisuel Simone de Beauvoir).

Les séances seront rythmées par un Feminist Chorus (sur une proposition de l’artiste et chercheuse Lucy Reynolds). Grand Action 5 rue des Écoles 75005 Paris

Avec le soutien du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, éditions Mimésis, l’IRCAV (EA 185), le LIRA (EA 7343), l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et Wom@rts (co-funded by the Creative Europe Programme of the European Union). 

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
Lundi 19 mars à 20h : Projection « Sands of Silence:waves of courage » de Chelo Alvarez-Sthele en sa présence.

Lundi 19 mars à 20h : Projection « Sands of Silence:waves of courage » de Chelo Alvarez-Sthele en sa présence.

Projection au cinéma le Luminor Hôtel de Ville 20 rue du Temple 75004 Paris
Lundi 19 mars à 20h du film Sands of Silence: Waves of courage (Arenas de silencio: olas de valor) de Chelo Alvarez-Stehle
Etats-Unis, 2017, 80 min

Projection suivie d’une rencontre avec la réalisatrice.

Pendant 15 ans, la réalisatrice a documenté la transformation de jeunes femmes, victimes de trafic sexuel, en survivantes fortes et engagées. Elle retourne sur la plage où son enfance s’est terminée et ses secrets de famille ont commencé. Y a t-il un lien entre sa vie et le thème qu’elle aborde dans ses films? Un voyage parallèle s’accomplit pour rompre le silence et aller vers la réconciliation familiale. Triomphe de l’esprit avec un appel à l’action pour briser les chaînes de l’exploitation sexuelle.

En avoir plus sur le film ici !

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
Mardi 6 février 21h projection de « Discorama, signé Glaser » d’Esther Hoffenberg

Mardi 6 février 21h projection de « Discorama, signé Glaser » d’Esther Hoffenberg

Dans le cadre de 100% DOC : Mardi 6 février à 21h au Forum des images à Paris Projection du documentaire « Discorama, signé Glaser » suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Esther Hoffenberg

PHOTO : Denise Glaser de dos & Barbara au piano lors de l’enregistrement de l’émission Discorama, 1964.
Photographe : Martine Lebon. INA

Discorama, signé Glaser
Un documentaire écrit et réalisé par Esther Hoffenberg
France, 2007, 67 min

Image : Laurent Fenart
Son et musique originale : Benjamin Bober
Montage : Sophie Reiter
Production Déléguée : INA
Coproduction : INA, Lapsus avec la participation de France 3, du CNC, de la Procirep et de l’Angoa-Agicoa

Etoile de la SCAM en 2008

Quand Denise Glaser lance son émission « Discorama » en 1959, les artistes, chanteurs, acteurs et musiciens invités à présenter leur disque sont très intimidés par les caméras, même Johnny Hallyday. Denise Glaser est la première productrice animatrice à être traitée comme une star par la presse, qui célèbre ses découvertes : Barbara, Gainsbourg, Maxime Le Forestier, Michel Polnareff, Georges Moustaki, Catherine Lara, Dick Annegarn. Discorama va apporter à la télévision, avec l’arrivée en 1964 de Raoul Sangla, un style inspiré de la nouvelle vague du cinéma. Raoul Sangla, suivi par Jacques Audoir, réalise de superbes enregistrements directs en studio, avec des gros plans très composés. Denise Glaser devient la reine de l’interview. Ses silences et sa finesse psychologique amènent les artistes à réfléchir sur leur propre travail et à se révéler dans un face à face intimiste. Engagée dans son époque, Denise Glaser a laissé avec ses invités un des plus beaux trésors artistiques des années soixante. Le film brosse, grâce aux témoignages, aux extraits d’archives et à des scènes d’évocation, les destins liés de Discorama et de Denise Glaser, en tentant d’être à leur image, à la fois élitiste et populaire.

Esther Hoffenberg débute par la réalisation en 80 en Belgique, crée la société Lapsus à Paris en 1989, et produit en 20 ans une soixantaine de films documentaires, dont de nombreux « Grands formats », les collections « Design » avec ARTE-France et le Centre Pompidou et « Artistes » avec la Réunion des Musées Nationaux et France 5.
Revenue à la réalisation en 2005 avec Les deux vies d’Eva, elle enchaîne avec des portraits de femmes aux destins singuliers, en prise avec l’Histoire comme Discorama, signé Glaser (2007) et Violette Leduc, la chasse à l’amour (2013).
Son dernier film, Bernadette Lafont et Dieu créa la femme libre, consacré à l’actrice Bernadette Lafont a notamment été sélectionné à Cannes Classics et à Telluride. L’ensemble de ses films ont été présentés au Festival Itinérances d’Alès en 2017. estherhoffenberg.fr

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
20 & 21 janvier Cinéma militant gay et lesbien – années 1970-80 à la Cinémathèque de Toulouse

20 & 21 janvier Cinéma militant gay et lesbien – années 1970-80 à la Cinémathèque de Toulouse

Nicole Fernández Ferrer a proposé à la Cinémathèque de Toulouse la sélection suivante ;

Séance du samedi 20 janvier à 17h
Séance présentée par Nicole Fernández Ferrer et suivie d’une discussion

Le F.H.A.R.
de Carole Roussopoulos
1971. Fr. 26 min. N&b. DCP.
Document sur la première manifestation de rue gay et lesbienne en France à Paris. La manifestation du F.H.A.R. (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) se déroule à l’intérieur de la traditionnelle manifestation syndicale du 1er mai et dénonce le racisme sexuel. Pour la première fois s’incrustent dans cette manifestation des lesbiennes et des gays qui défilent joyeusement et fièrement sans service de sécurité avec en tête une simple banderole en toile blanche bombée du nom du (F.H.A.R.). Des voix clament « Les pédés dans la rue ! Nous sommes un fléau social. Papa, maman ta fille est une lesbienne ».

Manifestation contre la répression de l’homosexualité
de Le Lézard du péril mauve & Ortie 14
1977. Fr. 22 min. N&b. Dcp.
En juin 1977, à Paris, a lieu la première manifestation contre les « hétéros-flics » en réaction notamment à la violente campagne anti homosexuel d’Anita Bryant (chanteuse américaine de musique folk) aux États-Unis. À l’initiative du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) et du GLH (Groupe de Libération Homosexuelle), les manifestant.e.s dénoncent la haine contre les homosexuels, femmes et hommes. De la place des Fêtes, on suit la marche joyeuse et offensive et la gamme de réactions qu’elle déclenche sur son passage.

Allers-venues
de Vivian Ostrovsky
1985. Fr. 12 min. N&b / Coul. Dcp.
Pendant un mois à la campagne en été, un groupe d’amies loue une maison dans le Sud de la France. Elles vont et viennent entre poulets, chiens et chats. La bande son est faite de sons gais et joyeux et d’un collage endiablé de musiques.

Dimanche 21 janvier 2018 à 18h
Séance présentée par Nicole Fernández Ferrer

I Was/I Am
Barbara Hammer
1973. USA. 7 min. N&b. 16 mm.
L’un des trois premiers films 16 mm réalisés par Barbara Hammer. La cinéaste troque sa robe et sa couronne de jeune fille pour une veste en cuir de motarde lesbienne.

Dyketactics
Barbara Hammer
1974. USA. 4 min. Coul. Dcp.
Barbara Hammer et sa caméra. Un groupe de femmes qui dansent, méditent et communient avec la nature. Hammer les filme. Le résultat : un « standard lesbien » de quatre minutes. Cent dix images de pure sensualité lesbienne.

Aller jamais retour
(Bildnis Einer Trinkerin)
Ulrike Ottinger
1979. RFA. 108 min. Coul. DCP. VOSTF.
Le portrait d’une buveuse. Le portrait d’une femme d’une grande beauté qui prend un aller sans retour pour Berlin, une ville à laquelle elle est totalement étrangère. Quelque part, l’endroit idéal pour vivre sa passion, qui est de boire. Une quête narcissique et existentielle située dans un Berlin « souterrain » hanté par Nina Hagen, des nains, des SDF et des lesbiennes punk. Une fresque flamboyante sur l’autre Allemagne par Ulrike Ottinger, reine de l’underground et grande figure du féminisme.

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
18 janvier 2018 à 20h : projection de « Girasoles de Nicaragua » de Florence Jaugey

18 janvier 2018 à 20h : projection de « Girasoles de Nicaragua » de Florence Jaugey

Jeudi 18 janvier 2018 à 20h au Cinema Le Luminor-Hôtel de ville à Paris

Girasoles de Nicaragua de Florence Jaugey en sa présence
Nicaragua, Camila Films, 2017, HD, 80 min

Au Nicaragua, dix-huit travailleuses sexuelles ont été nommées médiatrices judiciaires par la Cour suprême et contribuent à résoudre les conflits qui se présentent dans leur milieu, mais aussi dans d’autres secteurs de la société. Pour la première fois dans le monde, les travailleuses du sexe ont accès à cette fonction. Le film suit ces femmes au cours de leurs médiations et les accompagne dans la lutte et les actions qu’elles mènent pour la reconnaissance et la régulation du travail sexuel autonome.

Ce documentaire a été produit avec le soutien de la Coopération Suisse en Amérique Centrale et de l’Ambassade du Grand Duché du Luxembourg au Nicaragua.

Billeterie ici

Biographie de Florence Jaugey
Née en France, elle fonde Camila Films, une société de production indépendante basée au Nicaragua depuis 1990. Elle reçoit l’Ours d’argent du Festival de Berlin pour son court-métrage Cinéma Alcazar (1998) et le Prix de la Société des Auteurs au Cinéma du Réel à Paris pour son documentaire L’Ile des enfants perdus (2002) . Son premier long métrage, La Yuma (2010) a remporté 16 prix internationaux et a été choisi pour représenter le Nicaragua à la cérémonie des Oscars 2011. En 2014 elle réalise L’Ecran Nu, son deuxième long métrage. En 2016 son travail documentaire aux côtés de son partenaire, le directeur photo Frank Pineda fait l’objet d’une rétrospective au Cinéma du Réel intitulée : Florence Jaugey, Frank Pineda, à l’œuvre.

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda