Agenda

26 novembre à 20h30 Laura Mulvey présente “Frida Kahlo & Tina Modotti” et “Amy!”

26 novembre à 20h30 Laura Mulvey présente “Frida Kahlo & Tina Modotti” et “Amy!”

Mardi 26 novembre 2019 à 20h30, dans le cadre de 100% DOC

Deux films de Laura Mulvey et Peter Wollen en présence de Laura Mulvey
avec Rosana Pujol, éditrice du livre de Laura Mulvey Fétichisme et curiosité *

Frida Kahlo & Tina Modotti (1983, 30 min)
Documentaire sur le travail de la peintre mexicaine Frida Kahlo et de la photographe italienne Tina Modotti, deux artistes dont l’œuvre et les vies politique et intime se déploient à Mexico après la révolution.

Amy! (1980, 30 min)
Collage d’images et de sons d’Amy Johnson, aviatrice pionnière des années 30, AMY! interroge la notion d’héroïne : qui peut l’être, que sont les autres, quelles frustrations sociales son existence traduit-elle ?

* Rosanna Puyol est poète, commissaire d’exposition
et co-fondatrice des éditions Brook (www.brook.pm)

Au Forum des images, Forum des Halles, 2 Rue du cinéma, 75001 Paris

En partenariat avec

et avec le soutien de

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
22 novembre 2019, rencontre avec Esther Ferrer dans la cadre de Wom@rts

22 novembre 2019, rencontre avec Esther Ferrer dans la cadre de Wom@rts

Vendredi 22 novembre de 19h à 21h
A l’Institut Cervantes , 7 Rue Quentin-Bauchart, 75008 Paris

Esther Ferrer *, artiste plasticienne performeuse s’entretiendra avec Sandrine Meats** , historienne de l’art & Nicole Fernández Ferrer et répondra aux questions du public lors d’une rencontre Meet the Masters
dans le cadre du projet européen Wom@rts (Europe Creative).
*ESTHER FERRER est connue pour son travail comme plasticienne et aussi par ses performances, seule ou au sein du groupe espagnol ZAJ (formé en 1964 et dissous en 1996)

Son travail s’est toujours plus orienté vers l’art/action, pratique éphémère, que vers l’art/production). Dans l’Espagne de début des années 60 elle fonde avec le peintre José Antonio Sistiaga, le premier Atelier de Libre Expression (germe de beaucoup d’autres activités parallèles). À partir des années 70, elle consacre une partie de son activité aux arts plastiques : photographies retravaillées, installations, tableaux basés sur la série des nombres premiers, objets, etc.
Elle a fait des expositions dans de Galeries espagnoles et étrangères et dans de Foires comme la FIAC à Paris ou ARCO à Madrid.
Pendant sa carrière comme performeur a participé à des Festivals partout en Europe (France, Italie, Hollande, Belgique, Bulgarie, Espagne, Suisse, Angleterre, République Chèque, Pologne, Danemark, Norvège, Slovaquie, Allemagne, Hongrie etc.) ainsi qu’en Canada, Japon, Thaïlande, Corée, Cuba, Mexique, Slovénie États-Unis, où le Groupe ZAJ réalisa une tournée de deux mois en 1973, principales performances : New York University (Albany) Dartmouth University (New Hampshire) – “The Kitchen » (New York) – Merce Cunningham Studio (New York) – Massachusetts University (Amherst – Buffalo University (Buffalo) – The Walker Art Center (Minneapolis) – The Colorado College (Colorado Springs) – The Quinci House Arts Festival of Harvard University (Cambrige) – Mills College – Oakland (Californie) K.P.F.A. – Berkeley (Californie), etc.
Esther Ferrer est aussi auteur de deux oeuvres radiophoniques pour Radio National d’España (“Au rythme du temps” et “Ta, te, ti, to, tu ou l’agriculture dans la Moyen Age” ) et a donné des séminaires sur la performance dans des Universités et dans des Ecoles des Beaux Arts en Espagne, France, Italie, Canada Suisse et Mexique.
Esther Ferrer a représenté l’Espagne à la Biennale de Venise en 1999, a reçu en Espagne le Prix Nacional de Bellas Artes en 2008, le Prix Gure Artea du Gouvernement Vasque en 2012, le prix MAV (Mujeres en las artes visuales), le prix Marie Claire de l’art contemporainet le prix Velazquez. en 2014.
** Sandrine Meats est historienne de l’art. Sa thèse de doctorat en cours de préparation à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne porte sur l’art de la performance en Angleterre entre 1969 et 1976. Elle a publié de nombreux articles en lien avec ce sujet et est co-auteure d’Interviewer la performance. Regards sur la scène française depuis 1960 (Manuella Éditions, 2014). Elle a assuré des charges d’enseignement en histoire de l’art contemporain dans les universités Paris 4 Sorbonne et Paris 1 Panthéon Sorbonne. Elle est membre fondateur de l’association Athamas, Art et antipsychiatrie, lauréate notamment de la résidence de recherche INHALab mars-juin 2019 (Institut national d’histoire de l’art, Paris).
Entrée libre dans la limite des places disponibles

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Paris
et le projet Wom@rts

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
2 novembre 2019 16h au festival du film francophone de Tübingen “Delphine et Carole, insoumuses” suivi d’une table-ronde

2 novembre 2019 16h au festival du film francophone de Tübingen “Delphine et Carole, insoumuses” suivi d’une table-ronde

Projection du film Delphine et Carole Insoumuses de Callisto Mc Nulty. Samedi 2 novembre à 16h Atelier / Café Haag, Tübingen Festival du film francophone de Tübingen

Suivi d’une table-ronde IM GESPRÄCH: DELPHINE UND CAROLE – UND DER NEUE FEMINISMUS | DISCUTONS : DELPHINE ET CAROLE – ET LE NOUVEAU FÉMINISME.
Avec Nicole Fernandez Ferrer et Guiliana Sorce, la spécialiste des médias de Tübingen et d’autres invités.

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
24 octobre 2019 : projection “Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili” de Samuel Laurent Xu

24 octobre 2019 : projection “Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili” de Samuel Laurent Xu

Jeudi 24 octobre 2019 à 20h
Projection au cinéma le Luminor-Hôtel de Ville, 20 Rue du Temple, 75004 Paris
Au nom de tous mes frères. D’après le journal de Nadine Loubet au Chili.
France, Chili, 2019, coul. 52 min
en présence du réalisateur Samuel Laurent Xu

En 1965, Nadine Loubet, religieuse dominicaine française arrive au Chili, où elle s’intègre dans les milieux populaires, guidée par ce qui sera ensuite appelé la « théologie de la libération ». Huit ans plus tard, le Général Pinochet et la Junte militaire renversent le président socialiste démocratiquement élu, Salvador Allende. Commencent alors dix-sept années d’une dictature militaire qui organise une répression politique et économique totale. Dans ce contexte, Nadine, au risque de sa vie, lutte contre les injustices et les disparitions, participant à de nombreuses activités de résistance au sein des communautés chrétiennes des poblaciones de Santiago. Durant toutes ces années, elle relate dans ses carnets son horreur de la violence et la quotidienneté des exécutions sommaires et des tortures. Ces carnets ont refait surface à Santiago en 2018 et ont inspiré ce film.

Âgé de 20 ans, Samuel Laurent Xu suit actuellement un master de droits humains à Paris. Il a passé une année au Chili, où il a étudié l’histoire contemporaine latino-américaine, et a découvert les carnets de Nadine Loubet, qui feront prochainement l’objet d’une édition franco-chilienne co-écrite avec Esteban Miranda Chávez.
« Au nom de tous mes frères » est son premier film, et le premier d’une série baptisée « RésistanceS » à laquelle il travaille actuellement.

en partenariat avec le cinéma Le Luminor Hôtel de ville
et avec le soutien de la Mairie de Paris

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
12 octobre 2019 : [FOCUS #11 COMMUNAUTÉS] au Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris

12 octobre 2019 : [FOCUS #11 COMMUNAUTÉS] au Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris

Nous sommes invitées à la 21e édition du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris (2-13 octobre 2019) et présentons dans ce cadre :

[FOCUS #11 ● COMMUNAUTÉS] le samedi 12 octobre 2019 à 19h00

Trois films réalisés dans les années 1970-80 par quatre réalisatrices féministes bousculent les questions des sexualités, des mères célibataires, de la maternité non choisie, des communautés de vie entre femmes, des luttes pour les droits LGBTQ+. Les titres des films sont sans équivoque et sont signés par des groupes comme Videa, par des militantes comme Claude Jourde ou des artistes engagées comme Vivian Ostrovsky.

☞   Les enfants du gouvernement de Claude Jourde (France, 1974, 39 min)
☞   Manifestation contre la répression de l’homosexualité de Vidéa (France, 1977, 22 min)
☞   Allers venues de Vivian Ostrovsky (France, 1984, 12 min 20)

Programmé et présenté par Nicole Fernández Ferrer
➸ Cinéma Le Grand Action, 5, rue des Écoles, Paris 5e

http://www.cjcinema.org/pages/festival_edition.php?id_prog=883

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
3 juillet 2019 séance de courts métrages de Barbara Hammer à la Cinémathèque française

3 juillet 2019 séance de courts métrages de Barbara Hammer à la Cinémathèque française

MERCREDI 3 JUILLET 2019, 19H30 

SALLE JEAN EPSTEIN 

Dans le cadre de la RÉTROSPECTIVE LIBÉRATIONS SEXUELLES, RÉVOLUTIONS VISUELLES

19h30 → 20h45 (72 min) Séance présentée par Nicole Fernandez Ferrer


Dyketactics Barbara Hammer États-Unis / 1973 / 4 min / Numérique 

« L’imagerie sensuelle qui provoque des sensation physiques chez le spectateur à travers des stimulations visuelles était le principe esthétique de base de mon premier film lesbien fait pour des femmes. » (Barbara Hammer)


Sisters! Barbara HammerÉtats-Unis / 1974 / 8 min / 16mm / VOSTF 

Superdyke Barbara HammerÉtats-Unis / 1976 / 19 min / 16mm 

Avec Max Almy, Barbara Hammer.

Multiple Orgasm Barbara HammerÉtats-Unis / 1976 / 6 min / 16mm 

Women I Love Barbara HammerÉtats-Unis / 1979 / 25 min / 16mm / VO / Film sans dialogues

Synch Touch Barbara HammerÉtats-Unis / 1981 / 10 min / 16mm / VOSTF 

https://www.cinematheque.fr/seance/32016.html
Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda, Non classé
4 juillet 2019 Vernissage 5 juillet ouverture de l’exposition “Les muses insoumises. Delphine Seyrig entre cinéma et vidéo féministe”

4 juillet 2019 Vernissage 5 juillet ouverture de l’exposition “Les muses insoumises. Delphine Seyrig entre cinéma et vidéo féministe”

Nataša Petrešin-Bachelez et Giovanna Zapperi sont les commissaires de l’exposition.

Vernissage de l’exposition  
jeudi 4 juillet.
Ouverture le vendredi 5 juillet

puis Samedi 6 juillet 2019 
– 11 h > 12 h 30 : apéro-visite avec Nataša Petrešin-Bachelez et Giovanna Zapperi , commissaires de l’exposition Les muses insoumises. Delphine Seyrig, entre cinéma et vidéo féministe
– 15 h > 16 h : découverte des livres d’artistes femmes de la bibliothèque Dominique Bozo du musée
-16 h > 17 h : projection du film “La Conférence des femmes de Nairobi “(1985, 60 min.) de Françoise Dasques et rencontre avec les commissaires de l’exposition et Nicole Fernandez Ferrer du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir

Vous pouvez voir un extrait du film ici
http://base.centre-simone-de-beauvoir.com/DIAZ-Conference-d…

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
2 juillet 2019 à 20h30 projection de “Palestine, de fil en aiguille” de Carol Mansour

2 juillet 2019 à 20h30 projection de “Palestine, de fil en aiguille” de Carol Mansour

Projection au Forum des images en présence de la réalisatrice Carol Mansour & de Muna Khalidi, productrice. 
La séance sera suivie d’une rencontre.

Palestine de fil en aiguille de Carol Mansour
Liban/Jordanie/Palestine, Forward Film Production, en collaboration avec Association Inaash et Taawon Liban, 2017, 78 min

Recherche : Muna Khalidi
Image : Talal Khoury
Montage : Carol Mansour
Texte original : Sahar Mandour
Graphique : Fourate Chahal
Enregistrement sonore : Television Services
Chant : Nai Barghouti

Douze femmes palestiniennes parlent de leur vie en diaspora, de leurs souvenirs, de leurs vies et de leur identité ; le tout relié par le fil durable de la broderie.
Des femmes résilientes, déterminées et articulées, venant de milieux différents, rassemblent l’histoire de leur patrie, leur dépossession et leur détermination inébranlable à faire prévaloir la justice. L’individu se faufile dans le collectif, tout en restant distinctement personnel, représentant une terre dont la position était fixée sur la carte du monde, et qui est maintenant brodée sur son visage.

Carole Mansour
Née en 1961 à Beyrouth de parents palestiniens, Carol Mansour quitte le Liban en 1980 pour s’installer avec sa famille à Montréal.
Diplômée en médecine sportive et en psychologie, elle étudie la communication à l’Université américaine du Caire et suit des cours particuliers de montage.
De retour à Beyrouth, elle produit, dirige et anime de nombreux magazines et programmes de divertissement pour la chaîne de télévision libanaise Future Television. En 2000, elle fonde la société de production Forward Film Production et couvre le monde du Sri Lanka au Liban en passant par l’Ouzbékistan. En 2006, son film sur la guerre israélienne au Liban, Un été à ne pas oublier, reçoit le prix du meilleur documentaire international court au Festival de Nouvelle-Zélande.



Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
Juin & juillet 2019 projections de Delphine et Carole, Insoumuses de Callisto Mc Nulty

Juin & juillet 2019 projections de Delphine et Carole, Insoumuses de Callisto Mc Nulty

à Perpignan, le 20 juin à 14h dans le cadre du festival le FILAF https://www.filaf.com/filaf-2019-1

à Francfort, DFF Deutsches Filminstitut & Filmmuseum https://www.facebook.com/events/363563201175429/

à Lille, mardi 25 juin au cinéma Le Métropole à Lille https://www.lemetropolelille.com/film/263065/ en lien avec l’exposition Les muses insoumises. Delphine Seyrig, entre cinéma et vidéo féministe, au LaM.

à Marseille dans le cadre du festival le FID, les 10, 11 et 12 juillet 2019 https://fidmarseille.org/film/delphine-et-carole-insoumuses/

Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda
1er et 2 juin 2019 Artist in Focus “WOMEN I LOVE” & du 4 juin au 8 juillet 2019, Carole Roussopoulos, vidéaste féministe Cinematek, Bruxelles.

1er et 2 juin 2019 Artist in Focus “WOMEN I LOVE” & du 4 juin au 8 juillet 2019, Carole Roussopoulos, vidéaste féministe Cinematek, Bruxelles.

En collaboration avec Pink Screens, Elles tournent, Le Centre du Film sur l’Art & Âge d’or.

  CINEMATEK célèbre le premier weekend de juin le combat des femmes, artistes, réalisatrices, féministes, leur engagement et leur ténacité qui ont rendu possibles d’autres représentations des femmes à l’écran et rendu vivant un nouveau langage cinématographique. Ce weekend se prolonge tout l’été avec les rétrospectives des films de Carole Roussopoulos et d’Agnès Varda.Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig sont à l’honneur avec Delphine et Carole, insoumuses, que nous montrons avec un plaisir énorme pour la première fois en Belgique. Ce film nous raconte les luttes qu’elles ont menées ensemble, avec au poing leur Portapak, première génération de caméras vidéo portables.
Ce film lance aussi la rétrospective que CINEMATEK consacre tout le mois de juin à l’œuvre de Carole Roussopoulos, qui a archivé sur ses bandes des témoignages exceptionnels. Le combat féministe évoqué dans Delphine et Carole, insoumuses,résonne avec celui des artistes américaines Barbara Hammer, pionnière du cinéma queer et lesbien et Carolee Schneemann, l’une des principales initiatrices de la performance, décédées toutes deux en mars dernier et dont le travail a ouvert de nouvelles possibilités pour de nombreuses artistes lesbiennes et féministes. Avec quatre séances le public de “Women I Love” pourra percevoir des sensibilités différentes qui se croisent et rendent visible le lien qui les unissent. À ce weekend s’ajoute cet été la rétrospective de l’œuvre immense d’Agnès Varda qui nous a aussi quitté.e.s en mars. Et celle de Douglas Sirk qui, à la lumière des études féministes, loin de faire des mélos pour les femmes, leur donna une véritable voix. De nombreuses pistes pour aborder l’histoire du cinéma sous un angle différent. 
Projection en avant-première belge de
Delphine et Carole, insoumuses de Callisto Mc Nulty
le samedi 1er juin 2019 à 19h.
En présence de Callisto Mc Nulty et Nicole Fernández Ferrer
Au programme en juin et juillet 2019

Films de Carole Roussopoulos :

Genet parle d’Angela Davis, (1970 )          
Le FHAR, 
(1971)           
Les Prostituées de Lyon parlent, 
(1975)           
Y’a qu’a pas baiser !, 
(1971)
L’inceste, la conspiration des oreilles bouchées (1988)
Profession conchylicultrice (1984)  
L’égalité professionnelles, ça avance dans les transports
Les Travailleuses de la mer, 
(1985)  
Les violences du silence, (1998)           
Nous femmes, contre vents et marées, 
(1990)
Les Hommes invisibles, (1993)
Il faut parler : portrait de Ruth Fayon, (2003)

Le Cinquantenaire du deuxième sexe, (2001)

Femmes mutilées, plus jamais !, (2007) de Fatxiya Ali Aden, Sahra Osman avec la collaboration de Carole Roussopoulos, 

Co-réalisé avec Delphine Seyrig :
– S.C.U.M Manifesto, (1967)                  

Co-réalisé avec Delphine Seyrig, Ioana Wieder et Nadja Ringart :
 – Maso et Miso vont en bateau, (1976)     

Co-réalisé avec Corinne Happe et Anne Risso
Le Viol : Anne, Corine…., (1978)           
                 

Co-réalisé avec Carène Varène et Michel Celemski
La Mort n’a pas voulu de moi : portrait de Lotte Eisner, (1983)

Co-réalisé avec Ioana Wieder et Nicole Fernandez
Pionnières et dictionnaires du cinéma, (1984)

Films de Delphine Seyrig :
Pour mémoire, (1987)
Inês, (1974) 
Publié par Centre audiovisuel Simone de Beauvoir dans Agenda